Lifting des cuisses

Les cuisses et, plus particulièrement leurs faces internes, sont fréquemment l’objet de complexes ou de gènes dans la vie courante, ou la vie intime.
La chirurgie esthétique permet de réduire le volume des cuisses par une lipoaspiration. Cette lipoaspiration peut être associée, lorsqu’il existe également un excédent cutané «peau qui retombe» à un lifting de la face interne des cuisses (sous anesthésie générale).

Le principe

La peau de la face interne des cuisses est très « sollicitée » dans les mouvements et les amaigrissements à répétition. Lorsqu’il existe un excédent cutané et/ou graisseux à ce niveau, une lipoaspiration peut être indiquée, associée souvent à une remise en tension cutanée : c’est le lifting crural ou lifting de la face interne de cuisse. L’intervention a alors pour but de réaliser l’ablation de l’excédent de peau.
Dans de rares cas (séquelles d’obésité ou de chirurgie bariatrique), il existe une prise en charge par l’assurance maladie.
Dans la grande majorité des cas, une anesthésie générale avec courte hospitalisation est nécessaire.

chirurgie

Avant l'intervention

Un examen complet est réalisé lors de la première consultation et le Dr Garnier  ou le Dr Dumont vous exposera les différentes possibilités chirurgicales. Il déterminera si une lipoaspiration seule est possible ou si une incision plus importante est nécessaire.
L’emplacement éventuel des cicatrices vous sera précisément expliqué et vous aurez le choix d’accepter ou de refuser ces cicatrices.
Une information précise du déroulement de l’intervention, des suites et du résultat prévisible sera faite et l’emplacement de la cicatrice résiduelle sera déterminé.
Un bilan pré-opératoire habituel sera réalisé et une consultation d’anesthésie est obligatoire.

L'intervention

Une lipoaspiration est réalisée à chaque fois dans le premier temps de l’intervention. Elle permet de réduire le volume à retirer et donc de limiter la taille des cicatrices. Cette lipoaspiration peut être plus étendue que la seule zone de la face interne de cuisse si d’autres régions présentent un excédent adipeux à traiter.


La peau en excès est retirée à la demande et une fixation est réalisée en profondeur au ligament aponévrotique, situé en haut de la face interne de la cuisse, de manière à bien maintenir la correction de l’affaissement, éviter que la cicatrice ne redescende et assurer la pérennité d’une anatomie normale et harmonieuse. La cicatrice se trouve ainsi au niveau du pli de l’aine, cachée dans un pli naturel, et sera donc assez discrète.
Dans les cas où une lipoaspiration seule est retenue, l’incision est quasi invisible et l’intervention peut avoir lieu sous anesthésie locale ou sous courte sédation. L’hospitalisation est alors ambulatoire.

Après l'intervention

Un pansement légèrement compressif est mis en place en fin d’intervention. Les suites sont en général peu douloureuses, cependant une certaine gêne peut subsister dans les premiers jours. La période de cicatrisation peut s’avérer un peu désagréable du fait de la tension qui s’exerce sur les berges de la suture : durant cette période, il conviendra d’éviter tout mouvement d’étirement brutal.
Il sera nécessaire de refaire régulièrement le pansement les premiers jours (ces soins seront réalisés par une infirmière à domicile).
Un vêtement compressif est prescrit durant les 6 semaines qui suivent l’intervention.
Un rendez-vous de contrôle est systématique avec le Dr Garnier ou le Dr Dumont dans les 6 à 10 jours qui suivent l’intervention. Les fils seront alors retirés et la bonne évolution de la cicatrice sera contrôlée.
Un arrêt de travail peut être nécessaire en fonction de votre activité professionnelle. La pratique d’une activité sportive pourra être reprise progressivement à partir de 6 semaines.

Le résultat à distance

Un délai de plusieurs mois (parfois jusqu’à un à deux ans) est nécessaire pour apprécier le résultat définitif. On observe, le plus souvent, une bonne correction de l’infiltration graisseuse et du relâchement de la peau, ce qui améliore nettement la morphologie de la cuisse. Le résultat de l’aspiration est, lui, plus rapidement visible (quelques semaines, après la disparition de l’œdème).
Initialement, la cicatrice sera rouge ou rosée, puis elle va s’éclaircir et s’assouplir après quelques semaines à quelques mois. Durant toute cette période, il est préférable d’éviter toute exposition directe de la cicatrice au soleil et d’utiliser une protection type “écran total”. Cependant, la cicatrice ne disparaîtra jamais complètement mais s’atténuera nettement avec l’évolution.Des massages quotidiens de la cicatrice seront certainement également nécessaires.
Une consultation de contrôle après quelques mois sera prescrite afin que votre chirurgien surveille la bonne évolution cicatricielle.
Ainsi, grâce à une amélioration des techniques et grâce à l’expérience acquise, les résultats de cette intervention, qui a eu longtemps mauvaise réputation, se sont aujourd’hui très nettement améliorés. Il s’agit néanmoins d’une chirurgie délicate pour laquelle la plus grande rigueur ne met en aucune manière à l’abri d’un certain risque d’asymétrie modérée de résultat en raison de la cicatrisation variable en fonction des patient(e)s.