Augmentation mammaire par prothèses

poitrine_augmentation_mammaire3

L’intervention consiste à augmenter le volume des seins, jugé insuffisant, par la mise en place d’implants (prothèses mammaires) au niveau du sein existant. Il est parfois possible de modifier également la forme du sein.

Toutes les prothèses utilisées aujourd’hui sont composées d’une enveloppe en silicone, remplie, soit de sérum physiologique, soit de gel de silicone (seuls produits autorisés en France par les autoritées sanitaires, en raison de leur inocuité). Selon la morphologie et les souhaits de la patiente, le chirurgien utilisera une prothèse dont le produit de remplissage, la forme et le volume donneront le meilleur résultat. Il n’existe pas de “durée de vie” théorique de la prothèse et seule une usure ou une complication impose de changer celle-ci. Il est cependant recommandé de prévoir leur changement tous les 15 ans.

Les différents types de prothèses

Différents types de prothèses (rondes ou anatomiques, silicone ou sérum) sont disponibles et les docteurs Garnier et Dumont vous proposeront le modèle qui s’intégrera le mieux à votre morphologie et qui donnera le meilleur résultat esthétique. Chaque marque de prothèse propose différents modèles, le modèle le mieux adapté sera retenu parmi les principales références (MENTOR®, PEROUSE PLASTIE ®, CEREFORM ®, McGHAN ®, ARION ®, EUROSILICONE ®, ALLERGAN ®…).

Dans certains cas, la question d’une augmentation mammaire par technique non chirurgicale du type injection d’acide hyaluronique (MACROLANE ®) peut se poser. Parlez en avec le Dr Garnier ou le Dr Dumont, car ce type de technique est limité à de rares indications. Enfin, certaines indications de ré-injection de graisse existent, mais les cas sont rares et le Dr Garnier ou Dr Dumont vous informera.

Exemple de résultat

Cicatrices

La voie d’abord (emplacement par lequel le chirurgien va introduire la prothèse) déterminera l’emplacement de la cicatrice. Les nouvelles techniques de chirurgie esthétique permettent des cicatrices courtes et très discrètes, qui deviendront quasi-imperceptibles après 1 an. Il existe 3 incisions possibles, décrites sur le schéma ci-dessous.

Le choix de la voie d’abord se fait lors de la consultation, suivant votre morphologie, vos souhaits et le volume des prothèses.

Volume et prothèses

Il est théoriquement possible d’augmenter le volume presque sans limite. Cependant, chaque patiente possède une morphologie spécifique et, suivant le résultat souhaité (sein plus “bombant”, décolleté plus “rempli”, sein plus “naturel”, seins en “poire”, sein plus “remonté”…), le chirurgien vous conseillera sur la technique, la voie d’abord, la forme et le volume qui permettront de répondre le mieux possible à l’image que vous avez de votre future poitrine. Ces aspects seront discutés lors de votre rencontre avec le chirurgien, pour mieux définir votre projet.

En effet, votre chirurgien connaît et pratique l’ensemble des interventions, en particulier les nouvelles techniques (mini-cicatrices, adaptation du volume de la prothèse à sa base, technique bi-plan, absence de fil à retirer permettant une douche dès le lendemain, résultat plus naturel); il vous indiquera donc sa préférence pour chaque cas, en fonction de vos souhaits. De plus, pour vous aider dans la décision, des prothèses d’essais sont utilisées lors de la consultation.

L'intervention

La pose de prothèse mammaire nécessite une anesthésie générale, suivie d’une courte hospitalisation. La durée du geste est de 1 à 2 heures en fonction de l’intervention. Un simple pansement léger est mis en place dès le lendemain et un soutien gorge de contention est prescrit pour 4 à 6 semaines. Il n’y a ni fil, ni agrafe à enlever.
La sensation de gêne, parfois douloureuse,  est très variable en fonction des patientes, de la position de l’implant et de son volume. Dans tous les cas, un traitement antalgique est prescrit pour les jours qui suivent l’opération.

Les suites

Il est préférable d’attendre quelques jours avant la reprise d’un travail physique et le sport est déconseillé pendant 1 mois. Les bains sont interdits pendant 1 environ (mais les douches sont possibles dès le lendemain de l’intervention). Le chirurgien vous reverra systématiquement après l’intervention, au minimum : après 1 semaine, après 1 mois, après 3 mois puis régulièrement. Le résultat définitif s’apprécie après 3 à 6 mois.

Les complications

En choisissant un chirurgien plasticien diplômé et reconnu par le conseil de l’ordre, vous limitez au maximum les risques, mais toute intervention chirurgicale comporte des risques, liés à l’anesthésie et liés à la chirurgie. Il est impossible de se contenter d’en faire la liste et le chirurgien doit, lors de la consultation, vous informer oralement et vous remettre un document écrit décrivant ces risques. Il sont principalement de trois sortes : ceux liés à l’anesthésie (phlébite, embolie, allergie), ceux liés à toute chirurgie (hématome, infection, mauvaise cicatrisation) et ceux spécifiques à la chirurgie des prothèses (coque fibreuse, rupture et dégonflement, plis). Enfin, une consultation auprès d’un anesthésiste est obligatoire.

Conclusion

Deux consultations minimum pré-opératoires sont obligatoires et indispensables afin de fournir une information claire et compréhensible à la patiente. Un délai de réflexion est également toujours nécessaire. Toutes vos questions doivent être posées lors de ces consultations. Après examen clinique, conseils et propositions du chirurgien, la patiente décidera elle-même la voie d’abord et le volume qu’elle souhaite.